Plasma Riche en Plaquettes

ACTUALITÉS & APPLICATIONS

Plasma Riche en Plaquettes (ou P.R.P.)

Dr Christian FOURNOLS

Les injections de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) constituent une nouvelle approche thérapeutique dans les pathologies dégénératives du cartilage articulaire, mais aussi tendineuses et musculaires.
Les articulations concernées sont celles du genou principalement mais aussi de la hanche, de la cheville, des épaules et des mains, mais aussi les tendons (coude, genou, cheville, épaule, hanche) et enfin les lésions musculaires importantes et récidivantes.Ce traitement concerne autant le sujet jeune sportif dont les articulations, mais aussi les tendons ou muscles sont mis à rude épreuve, que les sujets plus âgés atteints de chondropathie ou arthrose.Ces « solutions dites régénératives », constituent la première étape d’une nouvelle voie thérapeutique dont l’étape ultérieure sera celle de l’utilisation des cellules souches. Mais aujourd’hui, déjà, le PRP est utilisé, avec un recul d’une dizaine d’années dans de nombreux pays (Usa, Allemagne, Grande Bretagne, Espagne, Chine, etc…) et il est observé un développement chaque jour de plus en plus grand en France, pour l’arthrose, les tendinopathies et les grosses déchirures musculaires.Récemment, une étude atteste aussi de l’intérêt dans certaines lésions méniscales. La prise en charge de plus en plus conservatrice des fissures méniscales incite à l’injection de PRP intra méniscale, avant d’envisager la chirurgie sous arthroscopie.
BLAKE F, VAVKEN P (sept 2015) montrent une diminution des douleurs et une amélioration des fissures à l’IRM sur les lésions des ménisques de grade 2 après l’injection de PRP.

TECHNIQUE

Il s’agit d’une technique naturelle et simple qui consiste en un prélèvement d’une quantité de 50 cc de votre sang.Grâce à un kit de prélèvement et de conditionnement de votre sang, nous séparons votre plasma de vos globules rouges dans une centrifugeuse exclusivement utilisée et conçue pour cette technique. Puis nous sélectionnons votre plasma riche en plaquettes qui est la partie recherchée dans votre plasma, en éliminant le plasma pauvre. Depuis octobre 2017 nous bénéficions d’une nouvelle technologie de préparation encore plus performante, permettant d’obtenir 10cc de PRP.

Après asepsie chirurgicale stricte, votre plasma riche est injecté, dans votre articulation, muscle ou tendon. Cette solution (PRP) est très bien supportée, car issue de votre sang, ce qui est le garant d’une tolérance totale. Ce n’est pas un « corps étranger », mais une composante biologique naturelle et vivante, physiologique.

La durée totale de cet acte, entre la prise de sang, le conditionnement de votre sang, la centrifugation, la sélection du plasma riche et l’injection intra-articulaire ou tendino-musculaire est d’environ 30 minutes et se passe dans des salles spécialement équipées à cette fin d’une centrifugeuse haut de gamme.

Après l’injection, vous pouvez repartir chez vous en marchant tout à fait normalement. Il est simplement recommandé, pour un meilleur résultat, de se reposer dans les 36 heures qui suivent. C’est-à-dire d’éviter le port de charges lourdes et une activité sportive intensive.

Deux à trois injections intra articulaires seront nécessaires, réalisées à une semaine d’intervalle. Les recommandations du dernier congré de l’Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière( Paris-Novembre 2017) est de 3 injections.

Les effets se font ressentir, parfois déjà après la première injection dès la première semaine, en particulier sur la douleur. Mais c’est surtout, dans les semaines qui suivent que l’amélioration se fait progressivement sentir surtout à partir de 3 semaines mais aussi jusqu’à 7 semaines, tant sur le plan douloureux que fonctionnel.

Une consultation de contrôle est prévue à 2 mois afin de juger du résultat par un examen clinique approfondi et l’écoute de votre ressenti. Une rééducation fonctionnelle sera alors parfois indiquée pour remuscler le membre déficitaire si cela est nécessaire.

Le PRP constitue donc une nouvelle alternative thérapeutique à la viscosupplémentation, mais aussi et souvent un complément en cas d’insuffisance de celle-ci.

Voici un exemple parmi tant d’autres, de l’application de cet extraordinaire potentiel vivant, le P.R.P., nouvelle approche thérapeutique biologique naturelle, en route vers les cellules souches et, quelques images sublimes de la vie au microscope électronique.
plasma

MODE D’ACTION

C’est par l’action d’une douzaine de protéines appelées aussi « agents de signalisation de croissance plaquettaires » qui vont stimuler les cellules concernées et augmenter le nombre de mitoses. Il est recommandé de ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, afin de laisser se dérouler le processus physiologique recherché par le PRP et de ne pas interférer avec celui-ci. Il faut aussi avertir le médecin si vous prenez des anticoagulants.

Les plaquettes sont un réservoir important de facteurs de croissance et jouent un rôle important dans la croissance et la cicatrisation. De nombreux facteurs de croissance sont contenus avec les plaquettes (PDGF, EDF, IGF-1, TGF1β1, VEGF, HGF, BFGF) ; ils contribuent au rehaussement du métabolisme, à la prolifération cellulaire, au remodelage vasculaire et à l’angiogenèse ainsi qu’à la différenciation cellulaire.

LE COÛT

Le coût de ce traitement ne fait pas encore l’objet d’un remboursement par l’assurance maladie. Il est hors nomenclature.

A noter que certaines mutuelles prennent à leur charge une partie ou la totalité de cet acte. Une facture vous sera remise afin de la fournir à votre mutuelle.

Le coût est de 200 €, comprenant tout le matériel 110 € et 90 € pour les honoraires de l’infirmier et du médecin.

565

RÉGÉNÉRATEUR

  • Réduit le temps de guérison et améliore la qualité de la guérison.
  • Réduit les fibroses.
  • Améliore la mobilité articulaire et la fonction physique.

 

DIMINUTION DE L’INFLAMMATION

  • Réduit la douleur et tout le processus inflammatoire.

 

ANGIOGÉNIQUE

  • Augmente la microvascularisation dans le point d’application.

 

BACTÉRIOSTATIQUE ET BACTÉRICIDE

  • Sur le staphylococcus aureus et d’autres bactéries.

La nouvelle génération de Kit de prélèvement et de conditionnement intègre un plus d’avancées technologiques qui le rendent :

+ SÛR

Le nouveau piston Push.Out® SANS AIGUILLES qui permet un système totalement fermé.
Des canules flexibles avec filtre interne, pour charger l’anticoagulant et l’activateur qui empêchent l’aspiration des éléments pyrogènes.

+ EFFICACE

Nouvelle conception externe et interne : Améliore la sélection des fractions de PRP. Optimise l’obtention d’un PRP pur.

+ SIMPLE

Plus facile à utiliser, avec moins d’étapes. 2 kits stériles individuels : extract et PRP. Conçus pour s’adapter à n’importe quel protocole.

+ RESPONSABLE

Moins d’impact environnemental Le nouveau kit est beaucoup plus compact, ce qui réduit les déchets générés pour sa fabrication, son transport et son utilisation.

EN PRATIQUE ET A RETENIR

AVANT

Veillez à une bonne hydratation (eau) dans les heures qui précèdent
le prélèvement.
Pas d’alcool, ni de repas trop riche et trop gras dans les 48 heures
qui précèdent le prélèvement et le traitement.
Pas de prise d’anti-inflammatoires dans les 7 jours qui précèdent.
Le paracétamol est autorisé.
Le plus souvent, 2 à 3 injections à une semaine d’intervalle sont
nécessaires, parfois 3. Veillez à bien prendre vos rendez vous avec
le secrétariat du médecin.
N’oubliez pas d’informer l’infirmier et le médecin si vous prenez un
traitement anticoagulant.

APRÈS

Il faut observer un vrai repos physique dans les 36 heures qui suivent
les injections de PRP.
On peut reprendre après 3 semaines quelques activités physiques
douces : marche à plat, vélo facile (plat), piscine (pas de palmes,
pas de brasse) pour dérouiller les articulations.
Consultation clinique avec le médecin à 2 mois.
Prenez rendez vous immédiatement après la deuxième injection.
Une kinésithérapie sera parfois prescrite lors de cette consultation,
pour vous aider à vous remuscler, associée à la reprise très progressive
sur 6 semaines de vos activités physiques préférées.
Pas de prise d’anti-inflammatoires dans les 7 semaines qui suivent
l’injection. Paracétamol autorisé (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan, …)
Recommander
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Linkedin
Partager
Etiquetté dans